Un rève de gosse

Mes premiers souvenirs de citroëniste sont des images où je voyais ces voitures depuis ma poussette (imaginez la perspective !) qui, pour moi, ressemblaient plus à des fusées qu’à des automobiles. Cette passion s’est prolongée durant l’enfance avec ma collection de modèles réduits et à l’age adulte avec l’achat de vraies voitures (une C2, puis actuellement une C4). Mais je suis resté avec une certaine frustration, car je n’ai pas eu de modèles avec les suspensions hydropneumatiques.
 La réalisation du rêve
Enfin ! bienvenue à bord du salon SM. Rien qu’à l’arrêt, je m’y sens déjà bien. C’est très confortable et j’aime beaucoup le design intérieur vintage (on disait « futuriste » à l’époque !). Sur la route, le confort est maintenu grâce à la souplesse des suspensions. Certes, au début, par habitude et un peu par scrupules, j’ai tendance à ralentir à l’approche des dos d’ânes. Mais en voyant comment la voiture réagit (non ! les Citroën ne rebondissent pas, comme le pensent certains, elles absorbent les irrégularités du terrain), j’oublie vite ce réflexe et je passe les suivants tout droit avec un petit sourire en voyant les voitures de derrière s’éloigner dans le rétroviseur à chaque bosse.
Me voici enfin sur l’autoroute direction Annecy pour un tour du lac et le 1er péage. Quel plaisir de baisser la vitre électrique sur un modèle de 1971 pour payer son dû !
Et le moment est venu de « changer de voiture », je passe de Citroën à Maserati. A l’accélération, le moteur est impressionnant. Les voitures parties en même temps que moi sont très vite distancées. Mais le problème est que celles de devant, qui sont parties avant moi, sont vite rattrapées et je dois freiner aussi parce que j’ai déjà dépassé la limite de vitesse autorisée ! La pédale du frein ou plutôt il faudrait dire le champignon du frein est très étrange, mais les freins sont très efficaces.
Je dois maintenant quitter l’autoroute, mais attention au virage en sortie. Le rappel asservi de la direction assistée est puissant, je dois bien tenir la direction pour contenir le redressement des roues en position droite et je ne dois pas trop tourner le volant, car la démultiplication étant très faible, il faut y aller avec délicatesse. En effet, avec un tour de volant on braque totalement les roues et le rayon de braquage est juste hallucinant. Et justement, en me rendant le soir à un restaurant aux alentours d’Annecy, je me suis trompé de chemin ; j’ai très facilement pu faire demi tour sur un chemin étroit.
Epilogue
Je conseille effectivement à ceux qui voudraient tenter cette expérience de conduite de la Citroën SM de s’informer auparavant des caractéristiques techniques propres à ce modèle (surtout pour le sytème de direction et de freinage) pour ne pas être trop surpris lors de la première prise en mains. Mais vous pouvez aussi vous fier aux conseils et indications de Monsieur Reinhardus qui est par ailleurs une personne très aimable.
J’ai passé une excellente journée et j’en garderai un souvenir mémorable. Malheureusement, je dois définitivement rendre la voiture à son propriétaire… à moins que… peut-être… pourquoi pas… et si je m’offrais une Citroën SM ? à suivre…

Pin It on Pinterest